Personnalité de Saint Alban de Montbel - François Cachoud (1866-1943)

Tourisme économie : 

François Charles Cachoud (né en 1866 à Chambéry - Saint-Alban de Montbel 1943) est un peintre connu aujourd'hui pour ses effets de nuit et ses clairs-obscurs. Ses critères artistiques sont proches de ceux de l'École de Barbizon.

Il débute son apprentissage de peintre auprès de Benoît Molin à l’École de Peinture de Chambéry.
En 1883, il entre aux Ponts et Chaussées puis suit les cours de l’École des Beaux-arts à Paris en 1889, grâce à une bourse du conseil général de la Savoie.
Il vit à Montparnasse et partage avec son ami le sculpteur chambérien Mars Vallett (1869-1957), la vie d’artiste à Paris. Ce dernier deviendra le conservateur du Musée de Chambéry en 1904 et des Charmettes en 1907 et du Musée savoisien en 1940.
Il devient l'élève de Jules-Élie Delaunay puis surtout de Gustave Moreau.

Son œuvre oscille entre paysages, natures mortes et portraits intimistes. Ses effets de nuit et de clairs-obscurs l'ont rendu célèbre.

- En 1889, il obtient le prix de la fondation Guy.
- En 1892, il débute au Salon des artistes français avec Un effet de matin et reçoit un prix de la fondation Troyon pour À la nuit tombante, un bouvier et ses bœufs quittent les champs.
- En 1893, il obtient une mention honorable au Salon des Artistes français avec Une Matinée de septembre au lac d’Aiguebelette et reçoit le Prix de l'Académie de Savoie, ansi que son ami l'aquarelliste Ernest Filliard (1868-1933)
- En 1896, il propose à la Commission d’Instruction publique présidée par Jules Daisay, conservateur du musée son tableau Soleil couchant, un coin de Chautagne, exposé au Salon. Également en 1896, une médaille de 3e classe le récompense pour Le Lac de Lamartine exposé en 1900 et médaillé de bronze lors de l’Exposition universelle de Paris de 1900.

Le 21 mars 1896 à Châtillon (92), marié à Rosine Veleine (1873-1960), originaire du Pas-de-Calais.
Ses paysages, l’inspirent également et L’heure du grillon, son œuvre hors-concours au Salon de 1902, est achetée par le peintre américain Thomas Alexander Harrison pour le musée de Philadelphie.

Nommé peintre du Ministère de la Marine, il réalise en 1901, les panneaux de décoration du paquebot La Savoie

Ce paquebot postal de la Compagnie Générale Transatlantique contribue, sur la ligne de l'Atlantique Nord entre Le Havre et New York, à la réputation grandissante de la compagnie ambassadrice du goût français.
En août 1914, il est réquisitionné comme croiseur auxiliaire et rattaché à la 2e escadre de la Marine Française. Il participe au transport de troupes lors de la campagne des Dardanelles en Turquie jusqu'en 1917.
Il faisait la liaison : Tessalonique (Grèce) <=> Marseille

Ce paquebot prend part aussi à l'acheminement des soldats américains qui combattront sur le sol français.


François Cachoud exécutera des affiches publicitaires pour la société de train PLM (Paris Lyon Méditerranée)

En 1900, à la demande de Monsieur Dervillé propriétaire du Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), Marius Toudoire l'architecte de la Gare de Lyon à Paris lui passe commande - comme à de nombreux peintres - d'une toile pour orner la grande salle du mythique restaurant de ce lieu, baptisé "Le Train Bleu".

François Cachoud réalise ainsi le Lac d'Annecy que l'on peut admirer en ce lieu.

Pour ce même projet et au même endroit, Mario Carl-Rosa - Raoul Cornilleau dit (1853-1913) a réalisé une peinture du Lac d'Aiguebelette.


François Cachoud est élu le 5 mars 1903 à l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie avec pour titre académique Correspondant.

Ce n'est qu'à partir de 1905 que son style s'oriente vers les motifs campagnards nocturnes comme la série de Nocturnes en 1908, 1911, et 1914 exposée à la galerie parisienne Georges-Petit, qui gagnant la reconnaissance de la critique est suivie par les achats officiels des musées. Il est alors surnommé Le Corot de la nuit en référence à Jean-Baptiste Corot. Il expose au Salon des artistes français jusqu’en 1940, et devient membre du comité.

Vers 1913, il se lia d’amitié avec Victor Charreton, un paysagiste de l’école lyonnaise, lui aussi attaché aux effets de crépuscule.
Il obtient la médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris en 1937 pour un de ses paysages nocturnes, Éclaircie, nuit de lune.

En 1910, son lieu d'inspiration sera sa maison de campagne, le Grillon, qu'il fait construire à Saint-Alban de Montbel, où il est inhumé avec son épouse dans la partie basse de l'ancien cimetière situé autour de l'église.

Il réalisera de nombreuses toiles avec comme motif le Lac d'Aiguebelette.

Exemple, le Café Pichon

La toile de François Cachoud et une bataille de boules de neige en 1942 devant le café.

 

La salle polyvalente de la Commune de Saint-Alban de Montbel porte le nom de François Cachoud. La rue principale du village porte aussi son nom.


   

 


En 1912, il décide de faire un don gratuit à la Commune d’une bande de terre longue de 246 m et large de 2 m permettant ainsi l’accès au lac. En contrepartie, « la Commune devra se charger de convertir ce terrain en passage public et l’entretenir à ses frais ».
Le Conseil Municipal d’alors accepte par délibération du 17 novembre 1912.
Ce chemin existe toujours.

En 1912 ce chemin jouxtait la propriété de François Delmas (1861-1933), chanteur à l’opéra de Paris qui avait fait construire une maison château entourée d’un grand parc. Des mosaïques représentant l’Opéra, les Muses de la Musique, les masques de la Comédie ornent la façade du manoir aux pierres dorées.

En savoir plus sur François Delmas...

En 1956, Marcel Teppaz l'inventeur de l'électrophone portatif rachète cette propriété
En savoir plus sur Marcel Teppaz...


Association "Les Amis de François Cachoud"


Merci à Martine Baconnais, Claire-Lise Bouchard-Eminet pour l'assistance dans l'élaboration de cet article.

© Bernard-Paul Eminet - 2019 - Saint-Alban de Montbel