Bureaux des nourrices

Bureau des nourrices 1890

28 Août 1890
Placement d’un enfant en nourrice à Saint Alban de Montbel

Félix Levet

Bureau des nourrices de Lyon
L'enfant Félix Levet
Fils de Marie Victorine (son vrai prénom est en fait Marie Victoire, voir en infra) demeurant à Lyon
Félix Levet né le 21 Août [1890] à Lyon 2ème
A été placé le 22 du sus-dit en allaitement à 20 francs par mois
Chez Jeannette Vagnon, femme Claude Berthet-Carquelin - à Saint Alban de Montbel au hameau : le Gojeat

Félix Levet à fréquenté l'école de Saint Alban de Montbel de 1897 à 1903 (voir le registre de matricule - 1890-1899).
Sa date de naissance est avérée sur le registre de Saint Alban de Montbel.

  • Entrée à l'école le : 6 novembre 1897
  • Sortie de l'école le : 5 septembre 1903

Claude Berthet-Carquelin

Cultivateur et époux de Jeannette Vagnon.

Le registre matricule (1890-1899) atteste d'autres enfants de ce couple (date de naissance entre parenthèses) :
Joseph (1878)
Antoine (1882) - Claudine (1882) - jumeaux
Jeanne-Marie (1884)
Célestine (1887)
Eugénie (12 septembre 1889)

Peut-on ainsi considérer que Eugénie (née en 1889) a été "soeur de lait" de Félix (né en 1890) ?

Ils étaient tout deux du moins camarades d'école puisque Eugénie Berthet-Carquelin a fréquenté l'école de Saint Alban de Montbel de 1895 à 1902.
Elle a continué par la suite à l'école complémentaire de Novalaise.

Félix Levet

On retrouve une référence sur le site geneanet.org

Généalogie de Jeanne-Marie Thérèse Levet

Parents de Jeanne-Marie Thérèse Levet :

  • Félix Levet 1890-1975 (Cantonnier Ponts et Chaussées Elevé à Saint Alban de Montbel (73) par BERTHET-CARQUELIN Claude / VAGNON Jeannette)
  • Rosine Gerphagnon 1897-1959

Sur l'aperçu de l'arbre généalogique, la mère de Félix est nommée Marie Victoire au lieu de Marie Victorine - 1862-1936
Dans la réalité, Marie Victorine sus-nommée s'appelle en fait Marie-Victoire. Les archives de la ville de Lyon en attestent sur son acte de naissance (née le 28/07/1862) fille de Levet Pierre et de Victoire Joséphine Sautreau.

Eugénie et Félix

L'acte de mariage d'Eugénie Berthet-Carquelin est très surprenant, elle s'est mariée à Lyon (3ème) le 23 décembre 1916 avec Henri Auguste Bertolotti, qui n'était pas présent au mariage à la mairie !

Félix LEVET était présent à sa place, avec un mandat spécial pour donner le consentement du futur époux pour le mariage. Il remplaçait le marié auprès de sa "demi-soeur".

Henri Auguste Bertolotti n'était pas présent car il était soldat au 1er régiment de montagne italien.

Voir la transcription du texte en infra.

La mise à la ligne a été conservée en relation avec le document original.

Le 20 décembre 1916 à 11h30 du matin
par devant nous Elie Paris, adjoint au Maire de Lyon, Officier de l'Etat-Civil
délégué au troisième arrondissement ont comparu publiquement en cette mairie.

Felix Levet, vingt-quatre ans
employé, domicilié à Lyon, Boulevard de la Part
Dieu 10, agissant comme fondé de procuration spéciale.
De
Henri Auguste Bertolloti
peintre, né à Sion, canton du Valais (Suisse)
le quinze septembre 1889
demeurant à Lyon, Boulevard de la Part Dieu, 10
fils majeur de Joseph Bertolloti, peintre et de Marie
Alsyde Catherine Emmonet, son épouse, ménagère
domiciliés à Lyon, lequel actuellement soldat au
premier régiment d'artillerie de montagne italien a obtenu
les autorisations prévues par le décret du Lieutenant
Général du Royaume d'Italie du 24 juin
1915 d'une part.

Et
Eugénie Berthet-Carquelin
Ménagère, née à Saint Alban de Montbel (Savoie) le
12 septembre 1889, demeurant
à Lyon, Boulevard de la Part Dieu, 10, fille majeure de
Claude Berthet-Carquelin et de Jeannette Vagnon son
épouse, tous deux décédés d'autre part.

Les comparants déclarent qu'il n'a pas été fait
de contrat de mariage.

Aucune opposition n'ayant été faite, le fondé
de procuration spéciale a déclaré que son mandant
veut prendre pour épouse Eugénie Berthet Carquelin qui
a déclaré ensuite vouloir prendre pour époux Henri Auguste
Bertolotti, et nous avons prononcé au nom de la loi que
Henri Auguste Bertolotti et Eugénie Berthet-Carquelin
sont unis par le mariage.

Dont acte en présence de Mr Alexandre Colliat, 25 ans
cordonnier, rue Garibaldi, 152, Michel Compto(?)
40 ans , Maître-Paveur, rue Garibaldi, 152, Irma
Bertola, 34 ans, lingère, 51 rue Boileau
Eugène Gerbaud, 45 ans, Cafetier, rue Garibaldi,
156, lesquels l'épouse et le fondé de procuration spéciale
de l'épouse ont signé avec nous après lecture.

Levet
Berthet-Carquelin
Compto(?)
Gerbaud
Colliat
Irma
Bertola                                               E paris